Retraites, chômage, inflation…

Pour la reprise de la lutte de classe contre toutes les attaques capitalistes !

(«le prolétaire»; N° 547; Déc. 2022 - janv.-Févr. 2023)

Retour sommaires

 

 

La « réforme » des retraites s’inscrit dans l’aggravation générale et continue des attaques capitalistes contre les prolétaires. Les pensions de retraite ne sont pas un « droit » ou un cadeau de l’Etat, mais elles font partie du « salaire indirect » – la part du « salaire réel » qui n’est pas directement versée aux travailleurs mais qui est redistribuée sous la forme des prestations sociales – appelé aussi « charges sociales ». Depuis des années, répondant aux volontés des capitalistes, les gouvernements, de gauche comme de droite, se sont employés à réduire ces « charges », réduisant ainsi le « salaire réel » et accroissant du même coup les profits, avec en conséquence la diminution des prestations sociales. Les difficultés du capitalisme face à une crise qui s’amplifie le conduisent à accroître toujours plus la pression sur les salaires et l’exploitation des prolétaires. On le voit avec la réforme de l’assurance chômage mise en place pour réduire les indemnités ; on le voit avec la réforme des retraites prévue, qui se traduira souvent par un départ à la retraite avec une pension diminuée en raison de l’augmentation de la durée nécessaire des cotisations : rien d’étonnant si ces réformes ont été approuvées par les organisations patronales !

A cela il faut ajouter l’inflation, importante tout particulièrement pour les produits de base, qui ronge les salaires et constitue un véritable « transfert de richesse » vers les capitalistes au détriment des prolétaires.

 

La lutte contre les attaques anti-prolétariennes nécessite le retour à la lutte de classe véritable !

 

Face à ces attaques les représentants syndicaux se vantent d’avoir participé aux réunions de « concertation » avec le gouvernement au cours desquelles ils ont présenté « d’autres solutions de financement » du système qui, gémissent-ils, n’ont pas été « étudiées sérieusement » ;  en réalité chacun savait que ces réunions n’avaient pas d’autre but que de donner une image alibi de dialogue au gouvernement, bien décidé à faire passer son projet : on ne se concerte pas avec l’adversaire de classe on le combat !  C’est justement ce que ne veulent pas les directions syndicales, indéfectiblement attachées à leur rôle de « partenaire social » et à la collaboration des classes qu’il signifie. C’est pourquoi après avoir participé à ces mascarades elles ont ressorti leur funeste tactique des « journées d’action » à répétition et leur intention d’inscrire la « mobilisation » (ne parlons pas de lutte !) « dans la durée » (communiqué du  10/1) : il n’y a pas meilleur moyen d’épuiser la combativité des prolétaires, comme l’ont illustré les défaites des grands mouvements en 2003, 2010, 2013 et 2020.

Mais les travailleurs ne sont pas toujours condamnés à la défaite, comme le démontre la grève des contrôleurs SNCF pendant les vacances de Noël : organisés de façon automne ils se sont mis en grève indépendamment des syndicats trop occupés par le dialogue social avec la direction, et ont contraint la direction à lâcher au moins une prime. Au-delà de ses limites inévitables, cet épisode montre la voie : pour lutter avec des chances de succès il est indispensable de rompre avec les orientations et les pratiques de collaboration de classe imposées par les directions syndicales, et de prendre ses luttes en main.

 

·-Pour le retour aux méthodes et aux moyens de lutte classistes, pour l’organisation et la lutte indépendante de classe ! 

·-Pour la reprise de la lutte générale contre le capitalisme !

 

17/01/2023

 

 

Parti Communiste International

Il comunista - le prolétaire - el proletario - proletarian - programme communiste - el programa comunista - Communist Program

www.pcint.org

 

Parti communiste international

www.pcint.org

 

Retour sommaires

Top