Back

Prises de position - Prese di posizione - Toma de posición - Statements                        


 

Fonction Publique: pour une lutte exclusivement de classe !

 

L’ÉTAT-PATRON «MODERNISE» LA FONCTION PUBLIQUE EN ATTAQUANT LES TRAVAILLEURS

 

Conforté par le passage sans difficultés l'automne dernier des ordonnances sur le code du travail, grâce au sabotage de toute lutte réelle par les directions syndicales, le gouvernement entend accélérer le rythme des «réformes» – comme les capitalistes appellent les attaques anti-prolétariennes et antisociales: «réforme» de l’Enseignement, «réforme» de la Fonction Publique, «réforme» de la SNCF, «réforme» de la Formation professionnelle, «réforme de l’assurance-chômage», «réforme des retraites», pour ce qui est des plus importantes. Ces derniers jours il vient encore d'annoncer des mesures contre les chômeurs.

A cela il faut ajouter l’accentuation de la politique répressive contre les migrants et les sans-papiers, le blindage de l’Etat par le passage dans le droit commun des principales mesures de l’état d’urgence, ou l’évacuation spectaculaire par des centaines de policiers des quelques dizaines d’opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure – et de l’autre côté la suppression de l’impôt sur la fortune: la nature de classe de la politique gouvernementale est on ne peut plus claire! D’autre part en même temps que ces attaques, a été annoncée une augmentation importante du budget des armées!

Il y a longtemps qu’un gouvernement n’avait pas lancé ou annoncé une telle série de mesures proprement anti-ouvrières...

 

FACE À CES ATTAQUES GÉNÉRALISÉES, IL FAUT UNE RÉPONSE GÉNÉRALE ET DE CLASSE !

 

La généralisation et l’accroissement de ces attaques accroissent le besoin de la lutte ouverte et générale pour avoir des chances de succès face à un gouvernement fermement décidé à faire passer les desiderata patronaux.

Mais les faits montrent à nouveau qu’il est impossible de compter sur les appareils syndicaux pour résister efficacement aux décisions et projets gouvernementaux. A la SNCF ils ont décidé de saucissonner le mouvement avec des grèves à répétition de 2 jours dont le seul résultat sera d'épuiser les travailleurs tout en gênant le moins possible le gouvernement. Ailleurs ils continuent d'appeler à des mobilisations séparées, secteur par secteur. En outre ils orientent la mobilisation sur l'objectif interclassiste de la défense du service public et non de la défense des intérêts de classe des travailleurs – ce qui est la seule façon d'obtenir la solidarité de tous les prolétaires. Les Services Publics ont été créés pour assurer le bon fonctionnement de la société bourgeoise et non le bien-être des prolétaires; s'ils remplissent des fonctions utiles, ils fonctionnent cependant à l'image de toutes les entreprises capitalistes et les salariés y sont exploités comme dans le privé. Et comme dans le privé, les travailleurs doivent entrer en lutte pour se défendre face à l'Etat patron, pas pour défendre l'entreprise – car cette défense implique inévitablement l'acceptation de sacrifier leurs intérêts propres.

Indissolublement attachés à collaboration entre les classes, partisans indécrottables de l’ordre établi, les appareils syndicaux ne peuvent être que des adversaires de la lutte prolétarienne de classe et de toute orientation anticapitaliste. Mais c'est aussi le cas des partis de gauche et d'extrême gauche qui suivent la même politique réformiste et interclassiste mettant au premier plan la défense des Services Publics.

C’est indépendamment de tous ces gens et contre les orientations défaitistes de l’opportunisme politique et syndical, qu’il est nécessaire d'entrer lutte, sans se laisser égarer par les discours mensongers sur la défense de l’économie, de l’usine, de l’entreprise, des Services Publics. Les prolétaires ne doivent pas laisser à d'autres le soin de se défendre: pour être victorieux ils doivent prendre en main leurs luttes, se mobiliser et s'organiser pour la défense exclusive de leurs seuls intérêts de classe, qui sont complètement opposés à ceux des capitalistes, de leur économie et de leur Etat.

 

Pour la  lutte générale sur le terrain exclusivement de classe !

Pour l’organisation des travailleurs indépendamment des collaborationnistes !

Pour la reprise de la lutte révolutionnaire contre le capitalisme!

 

 

Parti Communiste International

20 mars 2018

www.pcint.org

 

Top

Retour prises de positions

Retour archives